Rien ne vaut les repas en famille !

C’est ce qu’a souhaité montrer une étude américaine présentée au congrès annuel de l’American Society for Nutrition. Il y aurait plus de risque pour nos enfants de développer une obésité quand les repas en famille sont rares.

 Etude américaine, reflet d’une société différente de la nôtre

L’article que j’ai relevé sur psychomedia.ca m’a étonnée car nous sommes plus nombreux à passer à table avec nos enfants. C’est notre culture qui le veut. Manger reste chez nous un moment convivial avant tout. C’est le moment où on se parle, où l’on partage les saveurs et les pensées. Le moment enfin où nous éduquons nos enfants à bien manger, tant en attitude qu’en ordre des plats ou encore en terme de découverte de goût.

Les américains n’ont sans doute pas le même rapport au repas familial.

Sans repas familial : manque de repères ?

Selon cette analyse qui a porté sur 68 études, il y aurait un « modeste lien » entre la prise de repas hors de la maison et l’obésité. Il y aurait aussi plus de dépression chez les adolescents qui ne bénéficie pas de ces moments de rencontre familiale. Ce qui, à mon sens, peut facilement aller dans le sens de l’obésité, du trop manger, pour combler un vide affectif.

Pour ma part, le repas me paraît essentiel. Quelles que soient les tensions qu’il peut y avoir, peu importe. Se retrouver, se faire face, être là et le faire tous les jours, c’est rassurer nos enfants sur notre présence et notre amour quoi qu’il arrive. Une famille doit avoir des moments quotidiens de réunion pour que chacun de ses membres puissent prendre ses forces dans le groupe. Le repas me paraît le moment idéal. Pas vous ?

Bon le top est bien-sûr de faire des repas équilibrés à nos enfants en plus de passer à table avec eux 🙂

Publié dans Conseils et psychologie : manger mieux simplement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ajouter un lien vers le dernier article de mon site - CommentLuv