Pourquoi ce besoin de manger en permanence ?

C’est la question que je me posais aujourd’hui en marchant dans la rue. Je constatais que j’avançais en me disant « ah là, il y a la boulangerie Multari, je pourrais m’y arrêter » ou encore un peu plus loin, l’envie soudaine d’entrer au Monoprix pour me faire plaisir avec des chocolats par exemple.Cela m’a frappée car je réalisais l’anomalie de ces pensées. Pourquoi ce besoin de manger ? Pas faim, ça non. Non, c’était vraiment du plaisir et uniquement du plaisir. Comme si chaque journée n’avait comme seul plaisir que de manger. Curieux.

Depuis quelques jours, je me suis décidée sérieusement à contrôler ma façon de manger. Interdiction de grignoter entre les repas et s’assurer que les repas soient équilibrés mais surtout savourés.

Eh bien, c’est une lutte de chaque instant. Parce que le fait de manger est devenu comme un automatisme. Et la ville est truffée d’endroits qui regorgent de gourmandises.

Peut-être que ce n’est que cela. Des tentations trop présentes ? De la pub aussi en veux-tu en voilà. Mais plus encore, c’est une sensation. L’envie à un moment donné de manger du chocolat par exemple. Sorte de besoin soudain qui semble là pour combler l’ennui plus que l’appétit.

Sans doute est-ce vraiment l’ennui qui fait manger ?

Avez-vous déjà éprouvé cela ?

Publié dans Conseils et psychologie : manger mieux simplement
10 commentaires sur “Pourquoi ce besoin de manger en permanence ?
  1. Amelie dit :

    J’éprouve assez souvent ça, surtout quand je suis seule chez moi, généralement le week-end, donc. Comme vous dites, ça ressemble davantage à une façon de tromper l’ennui en se faisant plaisir d’une autre façon ou à un automatisme (le paquet de bonbons ouvert à portée de main… j’ai banni ça 😉 ) qu’à une faim réelle. D’ailleurs, pour moi, le meilleur moyen de m’en dissuader est de m’arrêter et de me poser la question : as-tu faim ou simplement « envie de » manger ? Généralement, c’est la 2ème solution. Après je pense à ma balance qui va indiquer un chiffre qui ne me plaît pas ou à un pantalon que je n’arriverai plus à fermer, et ça marche ! Parfois, une autre solution est de trouver une activité qui va monopoliser toute mon attention, ma concentration, et cette « envie » va juste disparaître, pouf ! comme par magie !

  2. Jen@NuDéFi dit :

    Oh que oui je connais cette sensation! Moi la plupart du temps c’est quand je m’ennuie que j’ai envie de manger. Par exemple au boulot quand je ne suis pas trop occupée, je vais avoir faim, et je finis par ne penser qu’à ça!!
    Je me suis concoctée un petit programme pour essayer de me remettre sur le droit chemin…on verra ce que ça donne! En attendant, j’essaye de ne pas avoir à portée de main des petites sucreries qui me feraient craquer…ça m’aide à résister!!

  3. Fleur dit :

    Ennui = vide, manger = combler le vide. C’est un théorème implacable. Une solution : respirer profondément pour chasser le vide et le remplacer par de l’air frais et se sentir plus légère…

  4. GUILLAUME dit :

    salut,

    « tout autour de nous est nourriture » disait l’autre, et je peux vous en dire long sur ce sujet en tant qu’étudiant.
    Pendant toute l’année je maîtrise plus ou moins ces envies, mais au moment des examens je ne contrôle plus rien.
    Ma crainte se porte sur ma future vie professionnelle, par définition stressante; j’espère que je pourrais me contrôler, sinon je change de vie, car ma santé importe plus.

    • Olavia dit :

      La vie professionnelle ne sera pas comme avoir des examens, je vous rassure !! Moi aussi en période d’exams je me jetais sur le sucré, ce qui est normal car le cerveau en demande pour fonctionner.. mais ensuite, quand je me suis mise à travailler, le stress n’était pas le même, moins cérébral en tout cas 😀 ! D’ailleurs, c’était plutôt l’inverse, je mangeais moins…

  5. lili dit :

    Bonjour,

    Merci pour ce blog sympa.
    A ce sujet je vous conseille les livres de Gérard Apfeldorfer (notamment « Maigrir c’est dans la tête » qui explique de façon complète et claire les mécanismes qui poussent à trop manger, pour moi ce livre a été un vrai déclic, ou encore « Je mange donc je suis », tout aussi intéressant même si plus scientifique dans la forme).
    Si la nourriture est pour vous une sorte d’obsession, vous êtes sans doute en restriction cognitive, un mot barbare expliqué longuement dans le lien ci-dessous et que je vous conseille également vivement de lire :

    http://www.gros.org/sinformer/comportement-alimentaire/restriction-cognitive-et-regimes

    …ainsi que celui-ci qui me conforte dans l’idée que se martyriser avec un régime est fou et même dangereux :

    http://www.forums.supertoinette.com/recettes.php?t=255376&start=0

    Sinon, il y a un régulateur naturel de l’appétit dont je ne peux plus me passer maintenant que je l’ai testé et que j’en ai vu les effets, c’est tout simplement le sport. Choisissez un sport que vous aurez plaisir à pratiquer régulièrement (3 à 4 fois par semaine), même 20 minutes, même de la marche ou quelques mouvements de gym chez vous, et je vous garantis l’effet positif sur l’humeur générale, envies de grignoter comprises, ainsi que sur la silhouette ! C’est vieux comme le monde et c’est la seule chose qui marche réellement sur le bien-être à mon sens, contrairement aux régimes qui dépriment et poussent à long terme à avoir des comportements hyperphagiques ou boulimiques !
    A vous de voir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ajouter un lien vers le dernier article de mon site - CommentLuv