Maigrir jusqu’à quel prix ?

Et je ne parle pas ici d’un coût financier mais d’un coût santé.

Quant on est pris par l’impossibilité de maigrir grâce à un régime et qu’on veut néanmoins maigrir, que faire ? Les laboratoires et les médecins ont pensé à cela et nous proposent qui des pilules, qui des opérations. De la magie en bref.

Même si cela n’a rien de simple ou de magique de se gaver de pilules ou de passer sous le bistouri, le résultat, lui, vient dans l’évitement du face à face avec nos démons psychologiques : à savoir pourquoi je ne parviens pas à maigrir ? Est-ce que je le veux vraiment ? (Parce que c’est sans doute la seule vraie question à se poser). En ce sens, il y a une économie psychique à noter ici.

Mais peut-être que la question « est-ce que je le veux vraiment ? » ne s’arrête pas à cela mais bien à la peur de ne pas avoir le pouvoir sur ce refus de maigrir. Peur de cette perte de contrôle qui nous fait grossir malgré nous et qui signifie certainement quelque chose d’inconscient mais aussi quelque chose qu’on préfère inconscient. La pilule paraît, à ce moment là, dans le panorama des possibilités. Ou pire le by-pass semble être la seule solution pour contrer, une bonne fois pour toutes, cette dérive du poids.

Et c’est là que ça devient moche, je trouve. Les médicaments sont souvent peu efficaces et avec des effets secondaires hyper dangereux tels que crises cardiaques, accidents cardio-vasculaires ou même décès parfois. On annonce encore une interdiction de l’un de ces médicament et les conséquences désastreuses de l’utilisation d’un autre.

Côté chirurgie, nous ne sommes pas mieux lotis puisque qu’elles changent à jamais notre façon de manger (ce qui est quand même sacrément dommage !) et nous oblige à prendre des nutriments à côté pour peut-être ne pas fonctionner sur du long terme puisqu’on sait, aujourd’hui, qu’on peut grossir avec un by-pass… c’est dire si ces solutions ne sont pas les meilleures.

Mais peut-être que le choix n’existe pas. Peut-être que c’est la dernière chance, l’ultime. Le mal est-il si profond qu’on ne peut l’atteindre ?

Publié dans Conseils et psychologie : manger mieux simplement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ajouter un lien vers le dernier article de mon site - CommentLuv