Les portions : le nerf de la guerre !

Certains parlent d’hyperphagie, le terme fait sans doute plus pro dans notre société qui attache plus d’importance aux mots qu’à ce qu’ils représentent vraiment. Moi je vais parler de trop manger.

Les portions sont à surveiller

On mange à horaires réguliers, on passe à table correctement et notre alimentation est équilibrée. Et pourtant, on grossit encore et encore. Nous sommes nombreux à manger trop. Eh oui, ce sont bien les portions qui posent un sérieux problème. Et le cercle devient très vite vicieux car notre estomac, habitué à du surdosage, demande chaque fois sa ration trop élevée avant que le signal de satiété se mette enfin en marche.

Alors que faire ? Eh bien habituer l’estomac à manger moins, tout bêtement. Il faut réduire les quantités. Les premiers temps, il ne va pas être satisfait mais en moins de deux semaines, il va se réduire et s’habituer au nouveau dosage. Je parle d’expérience et pas forcément de savoir.

Pour avoir une idée de ce qu’il faut manger en fonction de sa taille et de son poids idéal, allez faire un tour sur les sites qui aident à se répérer en matière de calories ou, mieux, aller chez un diététicien. Vous verrez, c’est assez étonnant !

Les grosses portions auraient un impact psychologique

C’est ce que nous apprend un article de Cerveau&Psycho qui relate les conclusions d’une étude sur le sujet. Il semblerait que les personnes qui ont de grandes assiettes ou de grandes tasses de café donnent l’image d’être plus importants que les autres !

Préférer les contenants plus grands (et donc se retrouver avec des grosses portions) serait du à un sentiment d’infériorité. Les personnes retrouveraient alors un sentiment de pouvoir et un certain statut. Etrange, non ?

Manger aurait un statut social ?

A priori oui. C’est l’impression qu’on finit par sérieusement avoir. On serait riche et snob quand on mange bio versus pauvre et mal dans sa peau quand on mange trop ou mal. Peut-être qu’on devrait se servir de cette image pour motiver les troupes à maigrir de peur d’être catégoriser dans la mauvaise case !

La science a tendance à vouloir généraliser. C’est normal, c’est l’objectif : avoir des règles de fonctionnement qui peuvent s’appliquer au plus grand nombre. Force est de constater que ce n’est jamais tout à fait satisfaisant. De plus, c’est dangereux, car les humains auraient tendance à vouloir se conformer aux généralités question de ne pas se sentir trop « anormal ».

Bref, on est plutôt sur la mauvaise pente….

Publié dans Conseils et psychologie : manger mieux simplement
14 commentaires sur “Les portions : le nerf de la guerre !
  1. FlorianL dit :

    Intéressantes les résultats de ses études.

    Le cerveau joue un rôle dans notre alimentation je pense.
    Exemple: en prenant la même portion (une portion normale) mise dans deux récipient différent: une grande assiette recouverte qu’a moitié, un bol remplis pleinement.
    Avec l’assiette, notre cerveau pense que la portion est pas grosse.

    C’est comme au restaurant, souvent on voit les assiettes arrivé.. avec une petite portion. Sauf qu’au final, on est bien rempli une fois le repas finis (je parle de mon cas ^^)
    Dernier article de FlorianL : 6 conseils pour demeurer positif durant une perte de poids

    • Olavia dit :

      C’est très juste. La taille du contenant est hyper importante dans l’idée qu’on se fait d’avoir beaucoup ou pas mangé. Le truc, c’est qu’il faudrait se contenter d’interroger son corps…

  2. Dominique dit :

    Bonjour Olavia,

    Je confirme pour l’avoir expérimenté que la taille des portions est très importante pour maigrir.

    J’ai réussi à perdre du poids en supprimant le plat posé sur la table « qu’il faut bien finir parce que finalement il n’en reste pas beaucoup », au service à l’assiette comme au restaurant.

    Et bien, ce fût très efficace, tant au point de vue de la perte de poids que économique.

    Cependant, les conclusions de l’étude me semblent moi aussi « bizarre » et si elles se révèlent juste dans certains cas, je n’en ferais pas une généralité.

    A bientôt
    Dernier article de Dominique : Perdre 10 kilos en 3 mois : Paris Réussi !!!

  3. emeline dit :

    La quantité est importante et aussi de manger varié, ne pas négliger le petit dejeuner et si on à une envie ne pas se priver tant que l on est raisonnable, pour ma part l aide d une dieteticienne était nécessaire et de la volonté surtout à manger sainement et prendre plaisir en mangeant doucement

  4. Céline dit :

    Moi je mange moins pendant les repas aussi mais le problème c’est que une fois sur trois on va dire, j’ai du mal à tenir entre les repas, et du coup j’ai tendance à grignoter, comment faire?

    • Olavia dit :

      Je vois éventuellement deux pistes : soit vous ne mangez pas suffisamment durant les repas, notamment des sucres lents pour ne pas avoir faim jusqu’au repas suivant, soit psychologiquement vous avez besoin de sucre… et donc grignotage…

  5. rosa dit :

    bonjour, moi j’ai un probleme je mange 3 voir 4 repas par jour:
    cereale + lait+ jus d’orange + fruit
    eau+ 30g de pain+ repas +portion de fromage( vache qui rit)+compote
    (souvent 3 gateaux petits ecoliers,1fromage+ 1 verre de soda)
    1 verre de soda+salade( tomate+oignon+salade verte filet d’huile d’olive du maroc et vinaigre+mon repas+compote et enfin le fromage.

    actuellement je fais 1m63 pour 57kg, mais mon idéal c’est 51kg alors est ce un poids raisonnable? en sachant que je fais 1h de sport par jour : footing 30 min , muscu 30min+ 1fois par semaine de la natation, et l’année qui arrive je compte me remettre a la danse classique, j’aimerais avoir quelque conseil , je vous laisse mon adresse mail dans tous les cas
    merçi .

  6. rosa dit :

    et bien ayant fait de l’anorexie, physiquement cela me va pas, sa me rassure de controler mes repas et mon corps avec le sport mais neanmoins le chiffre 57 me fait peur :s que dois – je faire? cela veut-il dire que je suis encore malade?

    • Olavia dit :

      As-tu vu un psychologue pour ton anorexie de l’époque ? Je pense que lorsqu’on comprend les causes de son anorexie, on n’a plus peur d’être hanté à nouveau par le poids. Je ne pense pas que ce soit une « maladie » au sens indépendante de toi. Non, je pense que c’est une manière de traiter un certain mal-être que l’on éprouve et notamment, une manière de contrôler une forte angoisse. Si ton poids t’inquiète, notamment le chiffre 57, tu devrais essayer une psychothérapie en trouvant un ou une psychologue avec lequel, laquelle tu accroches bien et tu verras que tu vas t’épanouir franchement. Mais je te le redis, 57 c’est raisonnable. Calcul ton imc et tu verras que tu n’as pas à t’inquiéter 🙂

  7. rosa dit :

    d’accord, bien j’avais vu une phsychologue ou le courant passait plutot bien mais j’ai voulu arreter peut-etre trop vite alors, je pense que je vais reprendre un rendez vous avec , mais j’ ai l ‘impression que mon mal-etre ne partira jamais cela a commencer a 14 ans , aujourd’hui j’en ai 20 bientot 21 , j’en est un peu marre d’etre comme sa , je vois tous mes amies qui sont tranquille se laissant vivre et moi je n’y arrive pas , c’est vraiment compliquer.

    merçi pour vos reponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ajouter un lien vers le dernier article de mon site - CommentLuv