Le poids à la ménopause

Des résultats d’une nouvelle étude de l’Université d’Ottawa suggèrent que les femmes ayant un IMC normal avant la ménopause ont moins de souci de santé, notamment cardiovasculaire, que les autres et ce pendant et après la transition vers la ménopause.

Le poids à la ménopause va rester

Les diététiciens vous le diront : on ne maigrit plus aussi bien une fois ménopausée. Le corps et surtout les hormones changent de façon importante et il est moins facile de perdre du poids alors. Voire même, c’est là qu’on en prend. C’est la raison pour laquelle, il faut s’y mettre avant, afin d’aborder cette nouvelle vie dans les meilleures conditions.

Les chercheurs précisent « Selon les résultats que nous avons obtenus, les femmes ayant un poids santé qui commencent leur pré-ménopause pourraient traverser la période de transition vers la ménopause sans augmenter leur risque de souffrir d’une maladie cardiovasculaire ou du diabète, et cela même si un changement important dans leur composition corporelle a été observé. Cela peut s’expliquer par le fait que, même s’il y a une augmentation de la graisse viscérale, son aire est tout de même sous le seuil critique associé à l’apparition de troubles cardiométaboliques. »

Penser sa retraite en santé

Voilà ce que m’inspire cette étude. Aujourd’hui, la retraite est vraiment agréable. Pouvoir faire des choses en toute liberté et surtout en bonne santé, voilà les objectifs vers lesquels il faut tendre. L’alimentation joue un rôle prépondérant pour notre santé et c’est encore plus frappant à l’âge de la retraite. Manger léger, équilibré, surveiller son poids, faire du sport modérément et profiter des journées qui s’offrent à nous, enfin !

On peut espérer, qu’avec l’âge, la modération soit plus facile à acquérir…

Publié dans Conseils et psychologie : manger mieux simplement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ajouter un lien vers le dernier article de mon site - CommentLuv