Le plaisir de la transmission culinaire

Je ne suis pas une cuisinière des livres. J’ouvre rarement un livre de recettes pour composer notre repas. Je suis une cuisinière du goût. Et c’est ce que j’aimerais réussir à passer à mes filles. « Si tu aimes manger, fais bien attention aux goûts et compose tes plats ».

Il y a des choses que je pensais innées chez moi. Savoir marier les goûts, les dosages, comme une évidence, sans compter, sans regarder. Mais ce n’est pas inné. C’est de l’acquisition. Cela vient de ma mère et de tous ces légumes qu’elle adore et partage encore avec nous.

Des légumes, les pieds dans la terre. Croquer des fèvettes fraîches en préparant des plats parfumés à la tomate, au citron ou encore à la coriandre. Déguster du fenouil en préparant une salade. Et surtout, se laisser guider par les envies, par les couleurs parfois aussi.

Ensuite, sans même y penser, je m’y suis mise. Il y a eu des ratés mais pas que. J’ai créé ma propre cuisine sans m’en rendre compte. Et maintenant que je suis maman, nous la partageons cette cuisine et mes filles la dégustent avec délice et, sans le savoir, elles ébauchent déjà en elles, des préférences, des souvenirs, des goûts qui marquent et des désirs pour plus tard…

Je me rends compte aujourd’hui, avec elles, combien la cuisine de ma mère m’a nourrie et pas seulement physiquement.

Le bonheur, c’est ça.

Publié dans L'actualité nutrition-santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ajouter un lien vers le dernier article de mon site - CommentLuv