La malbouffe entraîne aussi la dépression !

C’est la nouvelle info de ces jours-ci. Il semblerait, selon une étude Espagnole publiée dans la revue PlosOne, que la consommation de gras trans aurait pour effet de rendre dépressif !

Ah c’était donc ça ! Un hamburger le lundi et une déprime le mardi ! Ce serait donc si simple ! Juste de la malbouffe !

Les chercheurs des universités de Navarra et de Las Palmas de Gran Canaria ont suivi plus de 12 000 personnes pendant 6 ans. Aucune dépression n’avait été détectée chez eux au début de l’étude. A la fin de l’étude, 657 personnes souffraient de dépression.

Selon les chercheurs, il y aurait une correlation entre la consommation de gras trans et la dépression, puisque les personnes atteintes de dépression consommaient plus de gras trans que les autres.

Je suis un peu dubitative (de plus en plus d’ailleurs à la lecture des études qui défilent !). Pour moi, il n’y a pas assez de détails pour comprendre pourquoi ce serait uniquement les gras trans qui seraient la cause. Pas plus qu’il ne soit possible d’affirmer que la causalité est dans le sens décrit. En effet, on pourrait aussi se demander si la dépression n’aurait pas pour conséquence de faire mal manger.

Et vous, vous en pensez quoi ?

Publié dans L'actualité nutrition-santé
4 commentaires sur “La malbouffe entraîne aussi la dépression !
  1. eric calmels dit :

    Entièrement d’accord, encore une enquête qui ne sert à rien 😉
    On peux aussi se demander, si les personnes dépressives ne cherche pas à se réfugier dans une malbouffe réconfortante, si c’est le manque d’envie de cuisiner qui amène à manger des plats cuisinés déséquilibrés, si les catégories sociales plus défavorisées qui n’ont pas les moyens d’acheter des aliments de qualité sont plus assujettis à la dépression….
    La causalité est loin d’être définie.

  2. Halcyon dit :

    Je me souviens avoir lu dans le livre « Anticancer » de David Servan Schreiber que le manque d’oméga 9 pouvait affecter le comportement (il avance cette théorie en exposant des recherches effectuées sur une alimentation riche en poisson sur des personnes atteintes d’Alzheimer, résultats saisissants).

    Pour moi cette étude présente donc des résultat concordant avec ce que j’ai pu lire. Mais comme vous le dite, il faudrait des détails, plus de détails.

    • Olavia dit :

      On est d’accord. Je ne sais pas si c’est vrai ou pas, je trouve juste que plusieurs variables parasites et notamment le sens de la causalité est à préciser. Concernant le livre de DSS, tout le monde n’est pas d’accord avec lui non plus. Je ne l’ai pas lu pour ma part. Les expériences dont ils parlent en donne-t-il les détails ou ne fait-il que donner les conclusions ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ajouter un lien vers le dernier article de mon site - CommentLuv