Grand nettoyage sur les « alicaments »

Personnellement, ce nouveau mot me déplaît souverainement ! Donner un tel pouvoir santé à des aliments en se basant sur des études pas souvent fiables est une façon de tromper tout le monde. Apparemment, je ne suis pas la seule à le penser puisque des décisions européennes ont été prises sur le sujet et le grand ménage a été lancé pour clarifier un peu les allégations des uns et des autres !

 Vérité ou marketing ?

Ce serait bien de ne plus avoir à deviner ! Quand certains nous engagent au geste du matin qui est censé renforcer nos défenses immunitaires (et surtout les bénéfices de certaines grandes marques), d’autres nous invitent prendre des vitamines pour aller mieux. Et toi, devant ta télé, tu écoutes sans t’en rendre vraiment compte. Mais cela reste dans l’oreille et une fois au supermarché, tu prends le produit « santé » avec une conscience en or de bien faire…

« D’après la définition proposée par l’EFSA (European Food Safety Authority ), une allégation santé se caractérise de la façon suivante : toute mention utilisée sur les étiquettes, lors de campagnes de marketing ou de publicité, selon laquelle la consommation d’un aliment donné ou d’un de ses ingrédients – tels que, par exemple, vitamines et minéraux, fibres et bactéries « probiotiques » – peut avoir des bienfaits pour la santé.  » selon http://www.supergelule.fr.

Sauf que c’est souvent du n’importe quoi cette étiquette « santé » sur le produit. Des fois même, c’est plutôt le contraire. A écouter les pubs, presque tous les produits seraient des produits santé alors qu’on sait que les produits industriels ne sont décidément pas ce que nous pouvons consommer de mieux pour notre santé !

Remise à niveau ?

Comme la définition est trop générale et permet aux industriels de s’y caser tant bien que mal, la Commission Européenne vient de prendre la décision de contrôler cela de plus près et il y a de quoi faire puisque 44 000 allégations ont déjà été estimées ! Peu à peu, le tri commence et « 1600 allégations santé sont d’ores et déjà simplement interdites en Europe, quand 222 autres sont désormais clairement autorisées. Première conséquence à cela : les fabricants concernés ont jusqu’au 1er décembre 2012 pour mettre en conformité l’ensemble de leurs produits et matériels promotionnels !« 

On va enfin peut-être y voir vraiment plus clair à partir de 2013. Ceci dit, je continue de vous conseiller d’éviter les produits de l’industrie alimentaire le plus possible ou alors de très bien lire les étiquettes.

Je vous invite à aller faire un tour sur le site de la Commission Européenne qui est très intéressant.

Publié dans L'actualité nutrition-santé
14 commentaires sur “Grand nettoyage sur les « alicaments »
  1. Nozidéo dit :

    Nous pourrions y voir plus claire finalement en se disant : oui, l’alimentation est le premier de tous les médicaments, mais l’alimentation naturelle, les produits frais (et locaux si possible).
    Dernier article de Nozidéo : Tabac : les futurs pères devraient arrêter de fumer !

  2. Nozidéo dit :

    Oui, c’est vrai, mais c’est déjà pas mal de ne plus être en tête de ce classement guère reluisant…

  3. lucet marie dit :

    j’aime bien votre façon de voir et d’expliquer. c’est tjrs intéressant. merci

  4. tania dit :

    Les soit disant alicaments m’ont toujours laisser de marbre leurs seul bénéfices était le profits des industriels! Les mentions affichées n’était as forceent fausses mais à produit égal si l’on compare la composition nutritionelle l’on se rend vite compte que la difference est infime voir inexistante! seul le prix diffère.

  5. S-Elyvane dit :

    Pour pousser les choses à l’extrême, on peut dire que n’importe quels aliments, même ceux qu’on aurait tendance à diaboliser, est un alicament: il apporte de l’énergie au corps, nécessaire à son fonctionnement, donc c’est bon pour la santé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ajouter un lien vers le dernier article de mon site - CommentLuv